Interview star du poker #002 (Part1) : Julien "Yuestud" Brécard

Publié le par Super Caddy

Quand xewod m'a proposé d'interviewer les grands noms de la planète poker, j'étais psychologiquement dans une mauvaise passe. En effet, je venais tout juste d'apprendre que Lara Fabian allait interpréter, l'an prochain, le rôle de Mary Poppins dans une comédie musicale.
Mary Poppins, comme le petit bonhomme en mousse, « c'est l'enfance qui revient le soir où tu as du chagrin ». Tout le monde a vu le film 12 fois quand il était gosse. Tout le monde adore le personnage et le simple fait d'évoquer son nom ravive plein de souvenirs.

Pour toutes ses raisons, la perspective de subir Lara Fabian dans la peau de la gouvernante britannique m'angoisse un peu.

Alors je ne sais pas si ce petit traumatisme a influé sur le choix de mon premier interviewé, mais j'aime à croire que oui. Car quel joueur de poker se rapprocherait le plus de Mary Poppins, si ce n'est Julien Brécard, alias Yuestud.

Comme la nounou londonienne, Julien bénéficie d'un énorme capital sympathie, tant sur le circuit professionnel que sur le Club Poker, là où tout a commencé pour lui. Mais ce n'est pas tout. Comme elle, il est une formidable nounou pour les joueurs du team Winamax. Sa fonction de « team manager » auprès des Ludovic Lacay, Anthony Lellouche, Arnaud Mattern et cie fait qu'aujourd'hui ces derniers l'appellent « leur deuxième maman » (attendrissant, non ?).

Enfin, comme Mary Poppins, Julien a su apporter un peu de rêve aux amateurs que nous sommes. Oubliant pendant quelques heures son rôle de manager, il a d'abord brillé dans l'un des plus beaux tournois de Vegas : le 550$ deepstack du Venitian (deal à 3 pour 44 000 $). Il a ensuite récidivé quelques jours plus tard dans le Main Event des WSOP en terminant dans le top 100 et en empochant 47 000 $.

Salut Julien. Félicitations pour tes superbes résultats à Vegas et merci d'avoir accepté de répondre à mes questions. Pourrais-tu rappeler rapidement ton parcours professionnel pour les lecteurs du blog qui ne te connaissent pas encore ?

Hello à tous,

Je travaille depuis Septembre 2008 pour la room Winamax en tant que Manager de l'équipe sponsorisée.

J'ai débuté chez Everest Poker en 2005 où je suis resté 3 ans et où je dirigeais le pole « communication et évènementiel » en France.

J'ai organisé plusieurs promotions pour cette room et, dans un second temps,  j'ai voulu me rapprocher du haut niveau en prenant en main leur équipe de joueurs sponsorisés, puis en intégrant Winamax, toujours en qualité de manager.

Concrètement, quels sont les aspects les plus importants de ta fonction de « team manager » ?

L'observation, l'écoute et la diplomatie. A utiliser dans cet ordre là, bien évidemment.

Quel bilan tires-tu de ces WSOP pour le team Winamax ? Et sur un plan personnel ?

Les Series n'avaient pas commencé de manière extraordinaire pour le Team mais tout a été crescendo pour se finir en apothéose. 4 tables finales (pour 4 joueurs différents), un « return » positif, un joueur dans les deux dernières tables du Main Event. Il ne nous a manqué qu'un bracelet mais on sait tous que cela ne peut pas arriver tous les ans.

Sur un plan plus personnel, ces WSOP ont été une révélation. J'ai pris un peu plus de 90 000 $ sur ce mois, ce qui m'a donné des confirmations sur mon niveau de jeu et m'a permis d'emmagasiner beaucoup de confiance pour la suite. Le bilan final est donc très bon avec le deal à 3 dans le tournoi du Venetian avec mon pote Yann Brosolo, ainsi que ce long périple qui s'est arrêté trop tôt a mon gout sur le Main Event.

Tu peux nous parler un peu de la façon dont s'est déroulé ton Main Event ? Comment gère-t-on une semaine de jeu non stop ?

Ecoute, tout s'est passé de la meilleure manière possible. J'ai beaucoup râlé devant le manque de jeu mais au final, je pense que cela m'a sauvé. Grace à ça, je n'ai pas disputé un seul gros coup avant le day 4. J'ai eu les As une fois au day 1 et les rois en fin de day 2. Et c'est tout. J'ai voyagé tranquillement jusqu'à arriver proche de l'argent (day 4) et ce jour là, j'ai eu deux fois AK utg et j'ai pu doubler sur ces deux coups. J'ai notamment eu un énorme coup de chance quand je me suis retrouvé dans une confrontation à tapis préflop avec AKo vs AKo et j'ai fini en flush. C'est ce qui a lancé mon tournoi car je me retrouvais pour la première fois avec deux fois le tapis moyen.

Mais ma grande journée restera sans conteste le day 5 où j'ai joué mon meilleur poker. Je me suis retrouvé propulsé dans le top5 du tournoi avec 300 joueurs restants. Cela aura été le point culminant au niveau de mon stack avec 2,3 millions de jetons (début à 30,000). J'ai eu le plaisir de jouer avec l'immense Bobby Baldwin, Fabrice Soulier, un très bon ami, et des joueurs de la trempe de Theo Tran.

Ensuite, je démarre le day 6 avec un peu plus que la moyenne et vous avez sans doute tous vu comment je suis sorti : avec KK contre AA de Luis Nargentino. J'ai eu énormément de mal à m'en remettre. J'ai beaucoup pleuré. De déception évidemment mais aussi car mes nerfs se sont relâchés après avoir été focus pendant 10 jours.

Je suis très satisfait de la manière dont j'ai géré ces 10 jours. J'étais l'un des seuls à pouvoir me vanter de retourner travailler lorsque j'étais en repos... J'ai plutôt bien dormi durant cette période, ne me mettant pas plus de pression que nécessaire. Je m'endormais en général vers 2h du matin et me levait à 10h pour ma baignade du matin. Ensuite j'enfilais mon casque de musique et j'écoutais les musiques qui ont marqué mes WSOP jusqu'à mon arrivée au Rio. Ces moments étaient très important car ils me remettaient tout de suite dans le bain d'une nouvelle journée de tournoi.

J'ai pris également beaucoup de temps à parcourir les forums français pour me rendre compte de l'ampleur du soutien dont je bénéficiais. J'avoue avoir utilisé ces moments pour me vider l'esprit totalement. C'est le moment que je choisissais pour appeler ma mère, ma chérie et les potes. Cela me permettait de me sentir au top.

Que peut-on trouver dans ton Ipod les jours de tournoi ?

Ahhh super question !!! Voici les 5 titres que je retiens de cette année (et ils vont rester longtemps dans ma tête). Chacun de ces titres me fait revivre des moments que j'ai vécu pendant cet été.

Ayo Technlogy de Milow

Fuck You de Lily Allen

For What it worth de Buffalo Springfield

Like a hobo de Charlie Winston

Relax de Mika

Ca fait quoi de réussir de meilleurs résultats que les ¾ des membres d'un team dont on est le manager ?

Lorsque j'ai réussi à remporter ce tournoi au Venetian, cela ne se passait pas super bien pour le Team en termes de résultats. J'ai eu l'impression que ce résultat les a boostés et leur a montré que c'était possible. Ils me considèrent tous comme un membre à part entière de cette équipe et ils ont reçu ce résultat comme le premier de l'équipe. Je ne sais pas quel impact il a eu mais en tout cas, force est de constater que les résultats ont suivis par la suite.

Pour ma part, je n'intègre pas cette donnée. On gagne ensemble et on perd ensemble, c'est l'essence même de notre cohésion.

Dans quelle mesure l'exercice de ton job a pu faciliter ta progression en tant que joueur ?

C'est très fluide en fait. Quand tu passes ton temps sur les tournois à regarder TOUTES les différentes phases d'un tournoi et que tu débriefes les journées avec des joueurs qui font parties des meilleurs, cela se fait naturellement. J'ai eu pas mal d'échanges avec Arnaud Mattern, Aurélien Guiglini (Guignol chez Winamax) et Benjo et cela m'a permis d'avoir plus de certitudes sur mon jeu. Il n'y a pas une seule manière de gagner à ce jeu mais la clé c'est d'avoir confiance en ce que l'on fait et toujours savoir pourquoi on fait telle ou telle action.

Parle-nous un peu de l'installation des joueurs du team à Vegas, de la vie en communauté au quotidien. Vous logez tous dans une même villa c'est ça ?

Oui nous logions dans une villa à 15 minutes du Strip. Une villa assez dingue avec plus de 30 couchages. Parfois ca été plus dur qu'à d'autres moments mais c'est le lot de la vie en communauté. Mais je suis globalement satisfait de la manière dont cela s'est passé. On a eu de vrais moments privilégiés et j'ai personnellement adoré les longues discussions que l'on a pu avoir au bord de la piscine, le soir, à refaire le monde et à revoir certains coups clés joués par les copains.

Ces moments resteront comme des temps forts de mon séjour à Vegas.

La question du salopard : Comme toutes les personnalités publiques, le team Winamax n'échappe pas aux rumeurs. Certaines courent parfois sur une ambiance légèrement dégradée entre certains membres du team. Peut-on espérer que tu n'uses pas de la langue de bois pour nous en parler ?

C'est une évidence que cela ne peut pas se passer à 100% bien sur une période aussi longue et entre autant de caractères forts. Cependant, depuis mon arrivée en septembre 2008, je n'ai pas observé de grands changements dans les rapports humains entre nous. Même si des tensions peuvent surgir, tout le monde fait front quand il se passe quelque chose d'important pour l'un d'entre nous.

On entend régulièrement de jeunes entraineurs d'équipes de football se plaindre du caractère frustrant de leur métier, à savoir observer les joueurs de leur équipe sans pouvoir leur prêter main forte et influer directement sur le déroulement du match. Eprouves-tu parfois la même frustration quand tu es au bord des tables ?

Je ne l'avais pas à proprement parler mais je pense que cela va bientôt arriver... Mais je suis aujourd'hui conscient que je peux rivaliser avec les meilleurs dans les plus grands tournois du monde donc ce ne sera pas forcément la même chose à la rentrée.

J'ai eu l'occasion de te croiser autour des tables lors des derniers WSOP et j'ai été frappé par ta concentration lorsque tu observes les joueurs du team et les mains qui sont jouées. Presque comme si tu étais toi-même à la table. Les situations sont un peu comparables ? En cas de perf d'un membre du team, ta joie est la même que pour un résultat personnel ?

Je vais te confier quelque chose. Peu avant ma sortie, Ludo (Ludovic Lacay, alias Cuts) s'est retrouvé dans exactement la même situation que moi, à tapis avec deux rois contre deux as et couvert. Lorsque j'ai entendu qu'il était à tapis, je n'ai même pas regardé ma main et j'ai couru à côté de lui pour vivre ce moment avec lui. Il a touché ce roi salvateur et ce fut un immense bonheur, comme si c'est moi qui avais bénéficié de ce roi. Lorsque je suis revenu m'asseoir et que je me suis retrouvé dans la même configuration, Ludo a couru vers ma table pour également être avec moi. Les deux accolades que nous avons eues à 2 minutes d'intervalles resteront à jamais marquées dans ma mémoire. Et je suis heureux d'avoir vécu ce moment, aussi difficile à vivre soit-il.

 

La suite de cette interview dans quelques jours.

 

Publié dans Interviews de Stars

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Xeowd 20/07/2009 18:53

Je confirme...Et non même contre un versement de 100 $ sur PS je ne vous l'enverrai pas en privé avant diffusion, à bon entendeur salut :-)

SuperCaddy 20/07/2009 18:50

Merci. Y'a quelques trucs sympas dans la suite :-)

isa60jm 20/07/2009 18:07

Nice job !

zoupi94000 20/07/2009 12:19

Sympa l'interview !! Vivement la suite ^^

xewod 20/07/2009 11:57

Je découvre l'itw en m^me temps que vous amis lecteurs, et je dois dire bravo à Super Caddy qui a fait du super boulot pour cette 1 ere et aussi à Julien dont les réponses sont très précises. VGG les gars :-)