Revue de Presse - Etape 2 - Stephane

Publié le par Xewod

A peine la deuxième étape annoncée que Stéphane de Belgique, dégaine déjà sa célèbre plume de Wallonie.
Je vous laisse donc apprécier ce premier article de l'un des 5 candidats au poste de rédacteur en chef :-) de la rubrique Revue de Presse. Je vous rappelle qu'au terme des cinq publications, ce sera à vous chers lecteurs de choisir le meilleur rédacteur !

Poker-VIP est un des deux leaders de la presse poker francophone et vous n'aurez aucune difficulté de trouver cette publication en francophonie. Voyons ce que ce numéro de juillet août nous a proposé pour 5€.

Evacuons tout de suite le chapitre de la publicité. Celle-ci ne me semble pas trop envahissante (je n’ai pas envie de payer le magazine 10€) et elle est essentiellement ciblée poker. Souvent informative, je lui reprocherai cependant de ne pas coller à la date de diffusion du magazine. Il n’est pas rare de trouver le programme de tournois déjà terminés et ça, c’est vraiment nul. Un effort devrait être fait à ce sujet et dans le même ordre d’idée pour la rubrique « Rendez-vous. Agenda » qui souffre du même défaut.

La rubrique « Préflop » fait la part belle aux news, infos, rankings, … Concise, claire et informative. J’ai beaucoup apprécié la page « Appelez l’arbitre » qui démontre que chaque casino devrait offrir à ses clients un floor manager de qualité.

Ensuite, nous avons « Poker on tour » qui, comme son nom l’indique, nous donne classements et résumés de différents tournois importants (français, européens, mondiaux). Ici aussi, il me plaît de revoir ces information déjà lues sur le net.

Ce mois-ci « Poker Face » nous propose Brunsonsaure. Un sympathique résumé de sa carrière et l’évocation de sa main de Dieu, la fameuse T2 aussi pourrie que la manchette de Maradona. Nous lui pardonnerons ces deux coups alambiqués au vu de son apport pour le poker !

L’interview de Lellouche me comblera car il évoque le rêve de tout joueur : Las Vegas. Mega tuyau pour les petits bankrolls : s’intéresser aux tournois du Venetian calqués sur les WSOP mais dix fois moins chers. Par contre, je ne suis pas certain que « l’affaire du cercle parisien clandestin » se terminera sans casse.

Au sujet des reportages, nous avons droit au grand prix de Paris et au WPT de Venise avec une interview du meilleur français au pays des gondoles. Coup d’éclat pour ce jeune dont je crains cependant pour la suite de la carrière. Va-t-il être capable de gérer son pactole ? L’article évoque les fastes de la salle mais il est dommage que l’on ne les perçoive pas à travers les illustrations.

Côté stratégie, deux must et un navet. Une très documentée méthode sur les tournois à 180 joueurs et un sujet sur la dernière stratégie à la mode : le small ball. J’ai particulièrement apprécié ce dernier sujet que ce soit pour tenter cette approche du poker ou pour déjouer ses adeptes. Le navet est un sujet sur les super turbo qui ne fait, à mon humble avis, qu’enfoncer des portes ouvertes : « envoyez tout ou n’envoyez rien, jouez serré, … ». Il est navrant de constater que cette structure de tournois utilisée pour les satellites pour de « grands » événements ne soit pas évoquée. Il s’agit pourtant d’une pratique courante tous les dimanches sur les poker rooms et la stratégie me semble différente puisque toutes les places payées représentent la même valeur.

Analyse technique sur la quinte. J’ai beaucoup apprécié et je retiendrai qu’il faut toujours miser avec une quinte flopée. Toujours, toujours, toujours! Un autre article sur le coin flip ne m’apportera pas grand-chose.

La people du mois est Ariane Massenet que j’appréciai énormément lorsqu’elle accompagnait l’imbuvable Fogiel. Son approche très réaliste du poker, du people poker, démontre beaucoup de bon sens. Elle aime la dramaturgie inhérente au poker et son suspens omniprésent, elle ne joue pas pour gagner de l’argent (entendez gagner sa vie) et elle est fascinée par l’absence de barrières sociales ou de différence d’âge ou de sexe autour de la table. Interview très sympa qui change de ces peoples à l’ego surdimensionné. Petit clin d’œil à l’infographiste qui se mélange un peu les cartes dans l’illustration de la page 52.

En fin de magazine, nous aurons des descriptifs de quelques mains et d’un bad bluff énorme de Mercier . Ce sont généralement les pages que j’apprécie le moins car dans ce domaine, la vidéo sur le net, me parle plus. Cependant j’apprécie que Poker VIP ne nous inflige pas des copies d’écran extraites de Youtube ou autres Daylimotion dans une qualité qui frôle l’indécence comme le font régulièrement d’autres magazines.

Les conseils des pros sont assez inégaux et pour ma part, cette rubrique n’est pas indispensable. Par contre la rubrique shopping me divertit.

Je vais terminer cette revue de presse par un coup de gueule ou plutôt deux : un petit et un énorme. Le petit concerne cette page de maths ou mois après mois sont reprises les mêmes statistiques. C’est le BA BA du jeu. Quelle idée de répéter ça à longueur d’année !

La mauvaise note va à la page « Glamour ». C’est complètement décalé. Comment est-il possible qu’un magazine dont la ligne rédactionnelle se veut l’apôtre de la popularisation de ce jeu et de son acceptation par la ménagère de 50 ans et par les pouvoirs publics tombe dans ce travers des années cinquante de faire coller l’image du poker à une greluche siliconée aux lèvres entr’ouvertes tenant une paire d’as tant bien que mal dans ses mimines aux ongles démesurés.

Cela me rappelle les premiers magazines de poker français qui représentaient également des bimbos dénudées à tel point que l’on trouvait ces revues malencontreusement rangées par les libraires avec celles « pour homme moderne ». La plus ringarde des poker rooms n’utilise plus des filles dévêtues en matière de publicité. Il serait temps que Poker VIP revoit sa copie d’autant que le texte accolé ne côtoie pas les sommets de la littérature : « On choisit comme partenaires des garçons mignons pas trop forts au poker ».

Pour conclure, je mettrai donc une note globale de 8/10 pour le numéro de juillet – août. Je ne me contente pas de critiquer et je propose à la rédaction du magazine de récupérer les pages « math » et « glamour » pour faire du rédactionnel sur la blogosphère, véritable phénomène à l'heure actuelle. C’est un monde en pleine mutation, les poker room s’en rendent compte ; je pense que les magazines, déjà présents sur ce support, devraient également s’intéresser au phénomène.

Poker-VIP est un des deux leaders de la presse poker francophone et vous n'aurez aucune difficulté de trouver cette publication en francophonie. Voyons ce que ce numéro de juillet août nous a proposé pour 5€.

Evacuons tout de suite le chapitre de la publicité. Celle-ci ne me semble pas trop envahissante (je n’ai pas envie de payer le magazine 10€) et elle est essentiellement ciblée poker. Souvent informative, je lui reprocherai cependant de ne pas coller à la date de diffusion du magazine. Il n’est pas rare de trouver le programme de tournois déjà terminés et ça, c’est vraiment nul. Un effort devrait être fait à ce sujet et dans le même ordre d’idée pour la rubrique « Rendez-vous. Agenda » qui souffre du même défaut.

La rubrique « Préflop » fait la part belle aux news, infos, rankings, … Concise, claire et informative. J’ai beaucoup apprécié la page « Appelez l’arbitre » qui démontre que chaque casino devrait offrir à ses clients un floor manager de qualité.

Ensuite, nous avons « Poker on tour » qui, comme son nom l’indique, nous donne classements et résumés de différents tournois importants (français, européens, mondiaux). Ici aussi, il me plaît de revoir ces information déjà lues sur le net.
Ce mois-ci « Poker Face » nous propose Brunsonsaure. Un sympathique résumé de sa carrière et l’évocation de sa main de Dieu, la fameuse T2 aussi pourrie que la manchette de Maradona. Nous lui pardonnerons ces deux coups alambiqués au vu de son apport pour le poker !

L’interview de Lellouche me comblera car il évoque le rêve de tout joueur : Las Vegas. Mega tuyau pour les petits bankrolls : s’intéresser aux tournois du Venetian calqués sur les WSOP mais dix fois moins chers. Par contre, je ne suis pas certain que « l’affaire du cercle parisien clandestin » se terminera sans casse.
Au sujet des reportages, nous avons droit au grand prix de Paris et au WPT de Venise avec une interview du meilleur français au pays des gondoles. Coup d’éclat pour ce jeune dont je crains cependant pour la suite de la carrière. Va-t-il être capable de gérer son pactole ? L’article évoque les fastes de la salle mais il est dommage que l’on ne les perçoive pas à travers les illustrations.

Côté stratégie, deux must et un navet. Une très documentée méthode sur les tournois à 180 joueurs et un sujet sur la dernière stratégie à la mode : le small ball. J’ai particulièrement apprécié ce dernier sujet que ce soit pour tenter cette approche du poker ou pour déjouer ses adeptes. Le navet est un sujet sur les super turbo qui ne fait, à mon humble avis, qu’enfoncer des portes ouvertes : « envoyez tout ou n’envoyez rien, jouez serré, … ». Il est navrant de constater que cette structure de tournois utilisée pour les satellites pour de « grands » événements ne soit pas évoquée. Il s’agit pourtant d’une pratique courante tous les dimanches sur les poker rooms et la stratégie me semble différente puisque toutes les places payées représentent la même valeur.

Analyse technique sur la quinte. J’ai beaucoup apprécié et je retiendrai qu’il faut toujours miser avec une quinte flopée. Toujours, toujours, toujours! Un autre article sur le coin flip ne m’apportera pas grand-chose.

La people du mois est Ariane Massenet que j’appréciai énormément lorsqu’elle accompagnait l’imbuvable Fogiel. Son approche très réaliste du poker, du people poker, démontre beaucoup de bon sens. Elle aime la dramaturgie inhérente au poker et son suspens omniprésent, elle ne joue pas pour gagner de l’argent (entendez gagner sa vie) et elle est fascinée par l’absence de barrières sociales ou de différence d’âge ou de sexe autour de la table. Interview très sympa qui change de ces peoples à l’ego surdimensionné. Petit clin d’œil à l’infographiste qui se mélange un peu les cartes dans l’illustration de la page 52.

En fin de magazine, nous aurons des descriptifs de quelques mains et d’un bad bluff énorme de Mercier . Ce sont généralement les pages que j’apprécie le moins car dans ce domaine, la vidéo sur le net, me parle plus. Cependant j’apprécie que Poker VIP ne nous inflige pas des copies d’écran extraites de Youtube ou autres Daylimotion dans une qualité qui frôle l’indécence comme le font régulièrement d’autres magazines.

Les conseils des pros sont assez inégaux et pour ma part, cette rubrique n’est pas indispensable. Par contre la rubrique shopping me divertit.

Je vais terminer cette revue de presse par un coup de gueule ou plutôt deux : un petit et un énorme. Le petit concerne cette page de maths ou mois après mois sont reprises les mêmes statistiques. C’est le BA BA du jeu. Quelle idée de répéter ça à longueur d’année !

La mauvaise note va à la page « Glamour ». C’est complètement décalé. Comment est-il possible qu’un magazine dont la ligne rédactionnelle se veut l’apôtre de la popularisation de ce jeu et de son acceptation par la ménagère de 50 ans et par les pouvoirs publics tombe dans ce travers des années cinquante de faire coller l’image du poker à une greluche siliconée aux lèvres entr’ouvertes tenant une paire d’as tant bien que mal dans ses mimines aux ongles démesurés.
Cela me rappelle les premiers magazines de poker français qui représentaient également des bimbos dénudées à tel point que l’on trouvait ces revues malencontreusement rangées par les libraires avec celles « pour homme moderne ». La plus ringarde des poker rooms n’utilise plus des filles dévêtues en matière de publicité. Il serait temps que Poker VIP revoit sa copie d’autant que le texte accolé ne côtoie pas les sommets de la littérature : « On choisit comme partenaires des garçons mignons pas trop forts au poker ».

Pour conclure, je mettrai donc une note globale de 8/10 pour le numéro de juillet – août. Je ne me contente pas de critiquer et je propose à la rédaction du magazine de récupérer les pages « math » et « glamour » pour faire du rédactionnel sur la blogosphère, véritable phénomène à l'heure actuelle. C’est un monde en pleine mutation, les poker room s’en rendent compte ; je pense que les magazines, déjà présents sur ce support, devraient également s’intéresser au phénomène.

Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Lecorback 31/07/2009 00:48

lol

Normal, on porte les mêmes couleurs !!!

Vive la Belgique et la bière ;o)

Xewod 31/07/2009 00:32

Oulah, Stéphane a des supporters à ce que je vois :-)

Lecorback 31/07/2009 00:30

Vive PKL ! :o) Kikou a Stéphane..

Doudou86 31/07/2009 00:01

ce 1er article me donne envie d'acheter ! ;-)