Interview star du poker #005 (Part2) : Roger "Terminator" Hairabedian

Publié le par Super Caddy

Roger Hairabedian est un personnage atypique dans le paysage du poker français. Unique diront même certains.

Roger fait en tout cas énormément parler de lui en ce moment. Il a en effet participé récemment au Chili Poker Cash-game Challenge, évènement qui a réuni quelques uns des meilleurs joueurs français autour d’une même table, le tout avec une cave minimale de 10 000 euros.

Après que Roger ait porté l’essentiel du spectacle sur ses épaules durant cet évènement, de nombreuses critiques lui ont été portées sur la communauté online, la faute à un style de jeu jugé particulièrement atypique par certains. Roger a donc lancé aux joueurs français un défi qui fait couler beaucoup d’encre en ce moment : l’affronter en tête à tête avec des caves pouvant varier entre 3 000 € et 10 000 €, soit en No Limit Hold’Em, soit en Pot Limit Omaha.

J’ai eu l’occasion de m’entretenir avec Roger 2 heures avant le début de ce challenge. Une conversation particulièrement sympathique avec un personnage qui l’est tout autant. Peu avant le début de l’entretien, Roger me confiait en riant : « Sur Club Poker, ça va faire pas mal de remue-ménage. »

La 1 ère partie de l'interview est à lire ici. 

Le fait d’avoir un sponsor t’aurait-il permis de participer aux WSOP à Vegas cette année ?

Non, je devais m’occuper de l’organisation du WPT Marrakech. En plus j’étais très fatigué durant cette période. Il ne faut pas oublier que j’ai 54 ans et quelques kilos à porter. Ce n’est pas aussi facile que pour un jeune de 18 ou 20 ans qui porte 70 kilos sur son dos. Dans ma situation, faire 14 heures d’avion pour jouer 3 ou 4 tournois à Vegas, ça ne m’intéressait pas.

En revanche j’ai eu l’occasion de faire quelques petits résultats récemment, notamment à Marrakech. J’ai également beaucoup de plaisir à participer aux EPT de San Remo ou de Monte Carlo. Ce sont des tournois extrêmement bien organisés, sous la tutelle de PokerStars. Je préfère participer à ces EPT que d’aller à Las Vegas, même si ça m’aurait également plu d’essayer de remporter un bracelet.

Remarque, sur le Club Poker, certains ont dit que j’avais déjà un bracelet à chaque doigt (rires). Je suis allé leur répondre que j’avais à moi seul les résultats d’une team entière. J’ai même ajouté que si j’avais jeté les jetons aussi facilement lors du Chili Poker Cash Game Challenge, c’est que je pensais que ça allait séduire des sponsors. Dans les tournois, je vois toujours les joueurs sponsorisés se faire sortir au bout de 2 ou 3 levels et garder le sourire. Je pensais donc qu’il fallait jeter les jetons facilement pour être sponsorisé (rires).

C’est drôle mais ça va encore faire parler ce que tu es en train de me dire.

Oh ça ne fait que commencer tout ça…C’est bien de ne pas prendre les choses trop au sérieux. Tiens par exemple, mes fils s’amusent à mettre sur Internet des photos de moi à l’époque où je faisais du judo, ou même de la figuration dans Spartacus à l’Opéra de Paris.

J’avais un corps d’athlète à l’époque. Je pourrais mettre en légende à côté des photos : « Surtout ne changez pas, ne faites pas comme moi. Moi j’ai bien l’argent qui compense, mais si vous finissez comme ça sans argent, ça va être dur pour vous (rires) ».

Le poker c’est la même chose, il faut le prendre à la rigolade.

C’est ta carrière de joueur de poker ou de judoka qui te rend le plus fier ? (ndlr : Roger a notamment été Champion d’Europe par équipe)

Ce n’est pas comparable. Le judo est un sport complet et faire partie à l’époque de l’élite nationale, voire internationale, était une grosse fierté. Ce que je peux dire, c’est que l’un de mes plus grands regrets est de ne pas avoir pu participer aux Jeux Olympiques de 1980 à cause d’une blessure. Aujourd’hui, j’aimerais compenser ce regret en remportant une grosse victoire dans un tournoi de poker. Si je n’y suis pas encore arrivé, j’espère que ce sera bientôt le cas. Il me reste encore quelques années pour y parvenir.

Ta victoire au Grand Prix de Paris l’an dernier ne te suffit donc pas ?

Non. Cette victoire m’a bien entendu fait énormément plaisir et ma famille en était fière, mais cela reste un tournoi de 130 joueurs. Ma performance cette année dans un side event de l’EPT San Remo, c’est-à-dire une 4ème place sur 524 joueurs, me rend finalement encore plus fier.

J’aurais d’ailleurs du gagner ce tournoi puisque j’étais nettement chip leader et que je dominais la table. J’ai néanmoins fait une erreur en acceptant le deal proposé par les 3 autres joueurs, à savoir attribuer 100 000 euros au 4ème au lieu des 60 000 prévus. Comme il s’agissait de jeunes joueurs, j’ai accepté ce deal. Cela leur a malheureusement permis de jouer de façon plus relâchée par la suite, en attaquant davantage, et c’est moi qui suis sorti à la 4ème place. Comme quoi l’expérience n’interdit pas de faire parfois des petites erreurs …

Comment se présente le WPT Marrakech que tu es en train d’organiser ?

Tout se passe très bien, avec déjà un grand nombre d’inscrits. Nous pensions limiter le nombre de participants à 350 pour garder une certaine qualité au niveau de l’organisation, mais ce chiffre est déjà bientôt atteint. Néanmoins il serait dommage, si 500 joueurs se présentaient, de devoir en refuser certains. J’en ai discuté un peu avec la direction et j’espère qu’une solution pourra être trouvée.

De façon plus générale, les tournois seront très bien organisés. Le Maroc est un pays très accueillant. Pour avoir fait le tour du monde, je peux dire qu’il n’a rien à envier à d’autres destinations. Marrakech pourrait même devenir dans quelques années un petit Las Vegas. Les capacités d’accueil et les grands hôtels présents sont notamment un atout important. Par exemple, avec un Hôtel à Paris, inviter des joueurs peut poser de réelles difficultés. Au Maroc ce n’est pas un problème.

D’ailleurs, le nombre de joueurs venant à Marrakech évolue dans le bon sens et je pense qu’on pourra organiser de plus en plus de week-ends poker sympas sur place.

Pour conclure, tu peux nous expliquer l’origine de ton surnom : Terminator ?

C’est un surnom qui me vient tout simplement du physique d’athlète que j’avais à l’époque, c’est-à-dire en 1984 quand le film d’Arnold Schwarzenegger est sorti. C’est également la date qui m’a vu arriver à Marseille pour jouer au poker fermé et ce sont les Marseillais qui m’ont attribué ce surnom.

Merci beaucoup Roger pour cette discussion très agréable et très sympathique. Nous te souhaitons bonne chance dans le cadre de ce défi qui t’opposera successivement à Alexandre Luneau puis à Rui Cao.

Merci à vous et à bientôt !

Coverage live du défi de Roger sur JPG-Poker

 

Retrouvez les interviews : D'isabelle Mercier, de Julien Brecard, de Manuel Bevand, de Tilou en cliquant ici. Interviews à venir : Antoine Saout, Annette Obrestad, Nicolas Levi, Kipik, Nicolas Derveaux, Rayons X, Antoine Amourette et bien d'autres :-)

 

Le fait d’avoir un sponsor t’aurait-il permis de participer aux WSOP à Vegas cette année ?

 

Non, je devais m’occuper de l’organisation du WPT Marrakech. En plus j’étais très fatigué durant cette période. Il ne faut pas oublier que j’ai 54 ans et quelques kilos à porter. Ce n’est pas aussi facile que pour un jeune de 18 ou 20 ans qui porte 70 kilos sur son dos. Dans ma situation, faire 14 heures d’avion pour jouer 3 ou 4 tournois à Vegas, ça ne m’intéressait pas.

 

En revanche j’ai eu l’occasion de faire quelques petits résultats récemment, notamment à Marrakech. J’ai également beaucoup de plaisir à participer aux EPT de San Remo ou de Monte Carlo. Ce sont des tournois extrêmement bien organisés, sous la tutelle de PokerStars. Je préfère participer à ces EPT que d’aller à Las Vegas, même si ça m’aurait également plu d’essayer de remporter un bracelet.

 

Remarque, sur le Club Poker, certains ont dit que j’avais déjà un bracelet à chaque doigt (rires). Je suis allé leur répondre que j’avais à moi seul les résultats d’une team entière. J’ai même ajouté que si j’avais jeté les jetons aussi facilement lors du Chili Poker Cash Game Challenge, c’est que je pensais que ça allait séduire des sponsors. Dans les tournois, je vois toujours les joueurs sponsorisés se faire sortir au bout de 2 ou 3 levels et garder le sourire. Je pensais donc qu’il fallait jeter les jetons facilement pour être sponsorisé (rires).

 

C’est drôle mais ça va encore faire parler ce que tu es en train de me dire.

 

Oh ça ne fait que commencer tout ça…C’est bien de ne pas prendre les choses trop au sérieux. Tiens par exemple, mes fils s’amusent à mettre sur Internet des photos de moi à l’époque où je faisais du judo, ou même de la figuration dans Spartacus à l’Opéra de Paris.

 

J’avais un corps d’athlète à l’époque. Je pourrais mettre en légende à côté des photos : « Surtout ne changez pas, ne faites pas comme moi. Moi j’ai bien l’argent qui compense, mais si vous finissez comme ça sans argent, ça va être dur pour vous (rires) ».

 

Le poker c’est la même chose, il faut le prendre à la rigolade.

 

C’est ta carrière de joueur de poker ou de judoka qui te rend le plus fier ? (ndlr : Roger a notamment été Champion d’Europe par équipe)

 

Ce n’est pas comparable. Le judo est un sport complet et faire partie à l’époque de l’élite nationale, voire internationale, était une grosse fierté. Ce que je peux dire, c’est que l’un de mes plus grands regrets est de ne pas avoir pu participer aux Jeux Olympiques de 1980 à cause d’une blessure. Aujourd’hui, j’aimerais compenser ce regret en remportant une grosse victoire dans un tournoi de poker. Si je n’y suis pas encore arrivé, j’espère que ce sera bientôt le cas. Il me reste encore quelques années pour y parvenir.

 

Ta victoire au Grand Prix de Paris l’an dernier ne te suffit donc pas ?

 

Non. Cette victoire m’a bien entendu fait énormément plaisir et ma famille en était fière, mais cela reste un tournoi de 130 joueurs. Ma performance cette année dans un side event de l’EPT San Remo, c’est-à-dire une 4ème place sur 524 joueurs, me rend finalement encore plus fier.

 

J’aurais d’ailleurs du gagner ce tournoi puisque j’étais nettement chip leader et que je dominais la table. J’ai néanmoins fait une erreur en acceptant le deal proposé par les 3 autres joueurs, à savoir attribuer 100 000 euros au 4ème au lieu des 60 000 prévus. Comme il s’agissait de jeunes joueurs, j’ai accepté ce deal. Cela leur a malheureusement permis de jouer de façon plus relâchée par la suite, en attaquant davantage, et c’est moi qui suis sorti à la 4ème place. Comme quoi l’expérience n’interdit pas de faire parfois des petites erreurs …

 

Comment se présente le WPT Marrakech que tu es en train d’organiser ?

 

Tout se passe très bien, avec déjà un grand nombre d’inscrits. Nous pensions limiter le nombre de participants à 350 pour garder une certaine qualité au niveau de l’organisation, mais ce chiffre est déjà bientôt atteint. Néanmoins il serait dommage, si 500 joueurs se présentaient, de devoir en refuser certains. J’en ai discuté un peu avec la direction et j’espère qu’une solution pourra être trouvée.

 

De façon plus générale, les tournois seront très bien organisés. Le Maroc est un pays très accueillant. Pour avoir fait le tour du monde, je peux dire qu’il n’a rien à envier à d’autres destinations. Marrakech pourrait même devenir dans quelques années un petit Las Vegas. Les capacités d’accueil et les grands hôtels présents sont notamment un atout important. Par exemple, avec un Hôtel à Paris, inviter des joueurs peut poser de réelles difficultés. Au Maroc ce n’est pas un problème.

 

D’ailleurs, le nombre de joueurs venant à Marrakech évolue dans le bon sens et je pense qu’on pourra organiser de plus en plus de week-ends poker sympas sur place.

 

Pour conclure, tu peux nous expliquer l’origine de ton surnom : Terminator ?

 

C’est un surnom qui me vient tout simplement du physique d’athlète que j’avais à l’époque, c’est-à-dire en 1984 quand le film d’Arnold Schwarzenegger est sorti. C’est également la date qui m’a vu arriver à Marseille pour jouer au poker fermé et ce sont les Marseillais qui m’ont attribué ce surnom.

 

Merci beaucoup Roger pour cette discussion très agréable et très sympathique. Nous te souhaitons bonne chance dans le cadre de ce défi qui t’opposera successivement à Alexandre Luneau puis à Rui Cao.

 

Merci à vous et à bientôt !

Publié dans Interviews de Stars

Commenter cet article

paplas 12/08/2009 09:06

nice one supercaddy, sympathique ce roger ;)

youkystador 11/08/2009 18:57

bonjour je mexcuse de vous ecrire sur cette pagec est au sujet de ma confirmation a la newsletter du blogje n arrive pas a confirmer mon inscription meme en copiant le lien dans la zone de recherche de ce fait je ne peux pas recevoir le mot de pass pour participer au freerollreturn of heroes jeudi  13 aout sur everest pokermerci de bien vouloir me repondre sincerement youkystador

Xewod 11/08/2009 12:44

Merci à Roger pour avoir pris le temps de répondre aux questions peu de temps avant son HU. Good Luck pour le Day 2 !