Adoptez la « Bankroll Management attitude » et devenez un joueur gagnant ! (Part2)

Publié le par Xewod

Nous avons vu dans la 1 ère partie de cet article ce qu'était la variance appliquée au poker et les principes de bases pour la combattre. La 2 ème partie ci-dessous va vous détailler clairement les différents formats et la part de votre bankroll que vous allez devoir jouer sur chacun d'eux pour pouvoir prétendre à être gangnant sur le long terme.

Quels montants jouer, sur quelles limites et sur quels formats ?

Globalement au poker il existe trois grandes familles (formats) : les tournois planifiés aussi appelés MTT qui démarrent à une heure fixe, les Sit and Go qui démarrent lorsque le nombre de joueurs requis est atteint (2, 9, 10, 18, 45, 90, 180, 360) et le cash game où vous vous asseyez à une table où une partie est déjà en cours et que vous pouvez quitter à tout moment. Rapidement il va falloir vous spécialiser sur l’un de ces formats pour réussir «à l’apprivoiser» au mieux plutôt que vous disperser sur plusieurs formats que vous ne maitriserez jamais comme il faudrait. Au départ, il est plutôt conseillé d’investir ses 1 ers dollars sur les Sit and Go, qui sont ludiques et qui permettent de limiter les risques.

Les MTT : Certainement le format le plus difficile, mais aussi celui qui fait rêver de nombreux joueurs, les grosses sommes au poker se gagnent sur ces tournois qui durent des heures, mais seulement entre 10 et 20 % des joueurs sont payés et les gains alléchants sont souvent réservés au joueurs atteignant la table finale (9 ou 10 premiers du tournoi). Si vous décidez de vous spécialiser dans les tournois MTT, préparez vous à de longues périodes de disettes et à avoir les reins solides financièrement. Ainsi si vous jouez des tournois à 5 $ avec environ 500 joueurs, il va vous falloir au bas mot 200 Buy IN soit 1000 $ pour vous lancer dans ce type de parties sur le long terme, afin d’espérer ne pas vous retrouver à zéro rapidement en attendant la performance qui vous sortira la tête de l’eau. Autant vous dire que les MTT sont plutôt à déconseiller aux débutants, car de surcroît les défaites et les bad beat sont les plus difficiles à encaisser au vu du temps passé autour des tables.

Les Sit and Go : Comme je vous l’ai dit plus haut, c’est certainement le format que je vous conseillerais de jouer en  priorité si vous débutez le poker, car les parties sont relativement courtes, elle durent entre une heure et deux heures généralement. Les mises au départ peuvent être très faibles et les gains arrivent rapidement et sont récurrents. Il est de plus relativement aisé de vous évaluer par rapport à vos adversaires, chaque limite (0.10, 1, 5, 10 $) a un niveau standard plutôt bien identifiable qu’il vous sera possible de battre en améliorant votre technique. Pour déterminer la bankroll nécessaire pour jouer ces tournois, le nombre d’entrants est à prendre en considération, vous rentrerez bien plus souvent dans l’argent (ITM) lors de Sit and Go à 18 joueurs que lors d’un Sit and Go à 180 joueurs, mais globalement et pour ne pas mettre en danger votre bankroll vous devrez avoir 100 Buy-In devant vous pour jouer sereinement. En dessous de cette somme, attention danger vous mettez votre bankroll en péril !

Les parties cash-game : Il existe de nombreuses limites pour tous les budgets et tous les niveaux en cash game. Je ne conseille pas spécialement ces parties aux débutants, car il faut posséder une bonne technique de base et surtout une bonne résistance « au tilt » pour ne pas être « out of control » après un bad beat qui risquerait de vous faire dilapider en deux temps trois mouvements votre bankroll. Si vous vous sentez l’ame d’un cash gamer sachez que l’on peut démarrer sur des limites très faibles comme la NL2 qui correspond à des blinds de 0.01/0.02. Il est conseillé d’arriver aux tables avec une cave complète soit 100 big blinds, dans le cas de la NL 2 (2 $), NL 10 (10 $) et d’avoir devant soit environ 30 caves soit pour la NL 2 environ 60 $ et pour la NL 10 environ 300 $ dans sa bankroll.

Montez de limites quand vous performez sur la durée

Vous jouez depuis quelques temps déjà à une certaine limite et après quelques centaines de parties vous vous rendez compte que votre bankroll a progressé significativement. C’est peut-être le moment de jouer sur une limite supérieure. Pour se faire un calcul très simple en fonction du format sur lequel vous jouez habituellement est à faire.

En MTT :  La règle de base est de posséder 200 Buy-In de la limite sur laquelle vous jouez. Donc si vous jouez des parties à 5 $, il vous faut au minimum 1000 $ (5 X 200) dans votre bankroll pour jouer des parties à cette limite. L’échantillon de parties jouées doit-être suffisamment important pour être significatif. En effet, si vous remportez une somme rondelette dès votre 1 er tournoi, n’allez pas de suite voir au dessus mais aguerrissez vous sur votre limite actuelle.

En Sit and Go : La règle que je préconise dans ce cas est de posséder 100 Buy IN de sa limite de jeu au minimum. Ainsi pour passer de Sit and Go à 1 vers des Sit and GO à 2 $, il vous faudra atteindre au minimum 200 $ dans votre bankroll.

En cash Game : Cette fois c’est 30 caves sur la limite sur laquelle vous jouez qu’il vous faudra devant vous, ainsi si jouez habituellement en NL 10 avant de pouvoir jouer en NL 25, il vous faudra attendre d’avoir dans votre bankroll un minimum de 750 $ (25 $ X 30 caves) pour pouvoir vous frotter à de nouveaux adversaires.

Descendez de limite lorsque vous perdez

Nous l’avons vu monter de limite signifie avoir gagné suffisamment d’argent pour aller jouer plus haut, mais cela veut aussi et surtout dire que vous avez battu le moyenne des joueurs que vous avez rencontré, on dit alors que vous battu la limite. Bien entendu le cas inverse peut aussi se produire, c'est-à-dire que vous êtes battu par la limite, toute la force d’un bon joueur de poker dans ce cas réside dans sa capacité à analyser ses propres faiblesses et d’agir en conséquence en redescendant de limite. L’erreur la plus grossière est de vouloir rattraper ses pertes en tentant de jouer le tout pour le tout sur une limite supérieure, catastrophe garantie car vous jouerez « votre peau » sur chaque mise, vous ne serez alors pas lucide face à des adversaires qui sauront exploiter cette faiblesse.

En MTT :  En dessous de 100 Buy-In il va falloir descendre à la limite inférieure, c'est-à-dire que si vous jouez habituellement des tournois à 10 $ et que votre bankroll tombe à 1000 $, il faut absolument aller jouer des tournois à 5 $ pour ne pas hypothéqué le reste de votre bankroll.

En Sit and Go : Vous allez devoir descendre de limite si vous atteignez 50 Buy-in de votre limite actuelle. Ainsi si vous jouez en Sit and Go à 6 $, vous allez devoir descendre de limite si votre bankroll atteint la somme de 300 $, vous devrez alors jouer des Sit and Go à 3 $.

En cash Game : Cette fois ci si le nombre de vos cave passe à 15, il vous faut aller voir en dessous. Par exemple si vous jouez en NL10 et que votre bankroll tombe 150 $, vous devez alors filer jouer en NL5 pour vous garantir un minimum de 30 caves.

Conclusion : Le management de bankroll énoncé ci-dessus peut vous paraître stricte et draconien surtout si vous êtes débutant, mais pourtant il vous met presque à coup sûr à l’abri de grosses déconvenues et va vous permettre de jouer à votre aise en pratiquant un poker qui ne sera pas influencé par les montants mis en jeu.

En effet jouer underrollé, c'est-à-dire avec beaucoup moins d’argent disponible sur sa bankroll qu’il ne faudrait est une bien mauvaise option, car vous n’allez pas jouer votre A-Game (votre meilleur jeu) et risquez de prendre de mauvaises décisions. Chaque pot dans lequel vous rentrerez représentera une part substantielle de vos fonds à disposition sur votre compte joueur, vous jouerez alors scared money (peur de mettre de l’argent dans le pot) et vos adversaires le sentiront bien et en profiteront en vous faisant folder plus que de raison.

En revanche avec un management de bankroll adapté, si vous êtes meilleur que la moyenne des joueurs que vous rencontrez autour des tables, le temps fera à coup sûr que vous sortirez gagnant face à eux sur le moyen et long terme. Lutter contre la variance, c’est lutter contre le temps et les séries statistiques qui peuvent être défavorables un moment donné, pour remporter ce combat il vous faut suffisamment de provisions pour appréhender sereinement la variance lorsqu’elle se présente.

Un joueur de poker gagnant est tout sauf un flambeur, sa devise pourrait être : «  Pour aller loin, il faut manager sa bankroll ». Adoptez là vous aussi !

Publié dans Bankroll Management

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jouer au poker 29/04/2010 21:38



Super article. Très instructif. Ce sont de bons conseils pour des débutants



Gainternet 10/12/2009 17:18


BRAVO youkystador !!! J'espre pouvoir en faire autant pour mon défi que je commence le 1er janvier :)

Et Bravo à XEWOD dont je lis tous les articles :)



lapaluche 08/12/2009 18:09


merci pour toutes ces infos


youkystador 05/12/2009 12:21


salut
je suis d accord avec  Jfcez 
 si on augmente trop vite de buy in du fait que l on ce sent en confiance
on va redescendre tres vite  et donc la BK en prendra un sacre coup

pour ma part je pense que je suis sur la bonne voie

de 70 dollars le 6 juin  je suis arrive a depasse les 1000 dollars en ce debut de decembre
ce qui me rejouis puisque j ai fini par atteindre le premier objectif que je m etais fixer
"1000 dollars en 6 mois " 

Il fo donc avoir une gestion de BK intransigenate si l on veut faire des profits au poker meme si l on est en periode de BAD RUN  / c ca qui vous sauveras la face
 bon courage a tous et bravo pour ces articles XEWOD  encore merci et a tres bientot  


jfcez 03/12/2009 11:15


jetcab, plus tu monteras de limites plus ton edge diminuera et plus la variance sera forte donc plus tes swings seront importants même en DON