Histoire de mains # 001 : Saout vs Cada - Main Event WSOP 2009

Publié le par Xewod

Voici une toute nouvelle rubrique dans laquelle je vais vous conter quelques mains qui ont marqué l'histoire du poker. 

Pour cette 1 ère, j'ai choisi une main à laquelle j'ai assisté de mes propres yeux. Une main à plus d'un million et demi de dollars entre Antoine Saout et Joe Cada.

 7 Novembre 2009 - Casino Rio - Las Vegas Nevada :

La table finale du plus grand tournoi au monde, le main event des WSOP a cette année une saveur toute particulière. Les yeux des observateurs du monde entier sont tournés en direction d'un homme, cet homme il s'agit de Phil Ivey. Considéré par beaucoup comme le meilleur joueur au monde. Il est en passe de réaliser ce jour là le plus formidable de ses exploits et d'asseoir ainsi sa légende. 6494 joueurs au départ et pourtant il est là, parmi les 9 survivants. Bien qu'assez loin du chipleader au début de cette table finale, le titre lui semble promis. Son destin est écrit. Pourtant, en mon fort intérieur, ce n'est pas lui que je souhaite voir aller au bout. Mon favori se nomme : Antoine Saout !

Retour quelques mois plus tôt, en juillet. Un jeune breton que personne ne connaissait à part son cercle restreint d'amis a complètement chamboulé l'ordre établi dans le Landerneau du poker français. D'aucun disaient que seule sa chance lui avait permis de se hisser en table finale. Pourquoi lui, l'inconnu introverti en était arrivé là ? Alors que dans le même temps, les espoirs des communautés online françaises reposaient sur Ludovic Lacay... tellement plus représentatif des joueurs de poker modernes tels qu'on les aime : joueur pro, belle gueule, looké, agressif autour des tables, charismatique et à l'anglais très bien maîtrisé ! Si près, si loin, tout proche d'être convié à la fête finale... Il quittera le tournoi en 16 ème position.

En lieu et place, nous aurons donc droit à son contraire pour représenter le drapeau tricolore. Un "petit gars" renfermé, issu de la campagne finistérienne, mal fagoté et à l'anglais risible. Un joueur de tournois à 50 $ sur Everest Poker et à l'expérience live très limitée. Le soutien suite à sa performance n'est pas franc, bien au contraire. Il est l'objet de toutes les moqueries par une grande partie de ses compatriotes amateurs de poker... seuls quelques irréductibles bretons et le poker d'en bas semblent acquis à sa cause. Les autres pensent alors qu'il tiendra le rôle de figurant principal lors de la table finale !

Pourtant, lorsque je le vois pour la 1 ère fois sur les photos des coverages des médias poker, alors qu'il reste quelques centaines de joueurs en course, je décèle quelque chose de différent en lui. Je trouve qu'il Il dégage une impassibilité absolue quasi-mystique autour des tables ! Je suis alors certain qu'il s'agit d'une arme qui peut lui permettre d'aller très loin. Je me mets à le supporter contre vents et marées et suis tellement heureux pour lui quand en ce mois de juillet, il est l'un des november nine. Mon destin devient quelques heures plus tard lié au sien, puisqu'Everest Poker me choisi pour couvrir l'évènement sous ses couleurs. Moi simple blogger poker amateur, je serai donc du grand voyage à Vegas !

Les mois ont passé, Antoine a enchaîné les résultats lors de plusieurs tournois auxquels il a participé, quelques avis sur sa personne ont bougé... Nous voici donc en ce début de mois de novembre, le jour J est arrivé, il est midi, les travées du Rio sont électrisées par l'entonnement de la Marseillaise chantée à tue-tête par les supporters du français. Il faut dire que son sponsor, Everest Poker, n'a pas fait les choses à moitié. Les froggies sont là, en nombre très important, grimés de bleu, blanc, rouge et vétus d'un maillot bleu floqué au nom d'Antoine Saout. Un maillot qui n'était pas sans nous rappeler les plus belles heures du football français. Seuls les amis d'université alcoolisés et aux torses nus de Joe Cada, jeune homme de 21 ans, semblent alors en mesure de rivaliser. Phil Ivey, lui c'est le petit prince du poker mondial, ses supporters se nomment : Phil Helmuth, Doyle Brunson, Daniel Negreanu, Ja Rule et autre Mike Matusow...

A ce moment là, j'y crois fort, pourtant une crainte me saisit quelques minutes avant le début des hostilités ! En compagnie de Kinshu reporter du Club Poker et d'autres invités, la veille au soir nous avons fait la fête aux côtés d'Antoine Saout dans des lieux subblimes... Champagne, vodka, limousine et coucher très tardif me font imaginer le pire un instant. Et si Antoine, à la zenitude sans pareil, n'avait pas mesuré l'ampleur de l'évènement qui l'attend ? Et si, et si... La table finale débute. Je suis en salle de presse, surplombant le plus grand évènement poker de l'année. Les 1 ères minutes ressemblent à un round d'observation, personne ne se découvre. Et puis le français dégaine. Notre Tonio national déploie son arsenal agressif et commence à marcher sur la table. Short stack parmi les short stack avec James Akenhead, il refait peu à peu son retard . Ivey pour sa part semble absent, lui l'habitué des plus chères tables de poker au monde donne l'impression vu de l'extérieur d'être paralysé par l'évènement. L'histoire, son histoire est en train de se dérober sous ses pieds.

Les heures passent, James Akenhead et Kevin Schaffel sont éliminés. Puis coup de théatre, c'est au tour de Phil Ivey de dire au revoir à son rêve le plus cher. Antoine, lui impressionne ! Phil Helmuth qui assure le coverage radiophonique pour Bluff Magazine voit en Antoine un joueur au dessus du lot. Les membres des forums du monde entier qui suivent l'évènement louent le talent du français. En France justement, des milliers de passionnés ne se sont pas couchés et suivent avec ferveur les aventures de leur nouvelle idole. Les hexagonaux se mettent alors a rêver du plus beaux des titres. Le soutien est sans précédent, la performance l'est également.

Dans la salle de presse, Annette Obrestad est assise à côté de moi. Présente la veille au soir lors de la soirée donnée par le sponsor d'Antoine, elle a fait du français son favori et n'a d'yeux que pour lui ! Une douce sensation commence alors à m'envahir, une sensation que je n'avais pas ressentie depuis un certain 12 juillet 1998. Ce jour où toute la France était à l'unison derrière son équipe de héros. Certes cette fois il ne s'agissait que de poker, mais les voix de tous les supporters français ne faisaient qu'une. Antoine, le breton de Saint Martin des Champs, l'anti-héros, est alors chipleader du tournoi le plus prestigieux au monde et allait être champion du monde... à ce moment là, j'en suis  sûr ! Cela ne pouvait pas en être autrement, la belle histoire allait connaître une apothéose de rêve !

Et puis alors que les joueurs sont assis autour de la table depuis près de 18 heures et qu'il ne sont plus que trois en course, arrive la main que tout le monde attend. Celle qui doit propulser Antoine Saout en heads-up final planifié le lendemain. Joe Cada plus petit tapis à la table, en small blind découvre une paire de 2, Moon le 3 ème larron avait passé auparavant. Cada décide de raiser à hauteur de 2.55 M. C'est au tour d'Antoine de découvrir ses cartes, il voit QQ. Très calmement comme à son habitude, Il reraise pour 4.55 M. A nouveau à l'américain de parler : il annonce all-in ! Après un très court instant, on peut entendre Antoine dire : call.

A ce moment précis les joueurs retournent leurs cartes, que nous découvrons alors. Antoine tape sur la table, se retourne vers son public. Il est confiant. Dans le kop Cada c'est la soupe à la grimace, le joueur ne pensait certainement pas être callé et s'il l'était, un coin flip aurait fait son affaire. Mais là en l'occurrence, le français à 81 % de chances de l'emporter. 81 % de chances de gagner au moins 5 182 601 $, alors que le 3 ème repartira avec 3 479 485 $ et enfin 81 % de chances de prendre un avantage considérable sur Moon le lendemain, qui est de loin le plus faible des trois. Le titre de champion du monde se joue en très grande partie maintenant pour Antoine !

Le temps se fige, suspendu aux actions de la croupière. Antoine est debout, Cada est abattu sur sa chaise. Les supporters français dont je fais parti n'osent imaginer qu'un 2 va surgir, pourtant même si les chances sont minces, elles existent. La 1 ère carte est brûlée, puis le flop tombe : 7-2-9 ! Le clan américain exulte. Les : Cada, Cada, Cada submergent l'arène. Le joueur est en transe. Antoine quant à lui ne sourcille pas, il sait que tant que la dernière carte n'est pas dévoilée, tout est possible... Et puis comment son destin pourrait-il lui échapper après sa fantastique prestation ? Les larmes me montent, le rêve est en train de voler en éclat. Je sais alors que la probabilité pour que le breton gagne cette main se résume à peau de chagrin. Le turn et la river ne seront pas salvateurs pour le français qui reprend place sur sa chaise. Quatre mains plus tard, le français sera crucifié par un K river lors d'un coin flip face au même Cada. Les français sont en larmes ! Antoine fait alors comprendre à son public qu'il a fait tout ce qu'il a pu, mais que cela n'a pas suffit.

Une fois ses obligations médiatiques remplies, Antoine, quelques supporters et moi-même nous retrouvons à l'extérieur du casino pour respirer après avoir été enfermés presque une journée entière. Déçus, nous ne savons que dire pour le réconforter. Fidèle à lui même, il nous dira en substance : Pourquoi être triste ? Il y a encore quelques mois je jouais des tournois à 50 $, aujourd'hui je suis à la tête de plusieurs millions de dollars ! Lui qui visait le titre mondial quelques minutes auparavant et avait donné le meilleur de lui-même, venait de nous donner une grande leçon d'humilité.

Publié dans Histoire de mains

Commenter cet article

Xewod 30/10/2010 03:55



lol wé



mat 30/10/2010 03:54



re le frisson en lisant ça


kel kif ce voyage à Vegas



Steven 10/05/2010 06:09



Enorme cet article , bravo chris vraiment tres joli j'en ai eu la chair de poule en remattant la vidéo



habitrouge34 08/05/2010 02:15



Comme tous les passionnés j'ai suivie cette main en direct.....la tete de Cana....quand il découvre les Dames  d'antoine !!!! la classe d'antoine quand il prends ce bad de l'espace....Il
restera pour moi le joueur ayant développé le plus beau jeu de cette table finale...le vainqueur moral.... même si l'histoire retiendra le nom d'un bien faible champion du monde...



aldanjah 07/05/2010 17:21



une horreur dont antoine saout se souviendra longtemps !