Bientôt coaché par jm.optimise : vers un nouveau départ

Publié le par Xewod

back-to-school.jpg

Tout ou presque est dit dans le titre de cet article. J'ai pris la décision d'accepter l'offre de coaching de Jessy aka jm.optimise. Comme je l'ai raconté dans l'article le concernant, la 1ère fois qu'il m'a contacté il y a quelques mois, il m'a proposé de m'aider à réaliser mon objectif. Celui qui consiste à me rendre à Vegas afin de disputer le main event des WSOP. Une offre que j'ai déclinée à l'époque. Pourquoi ? Ego ? Motivation ? Je ne le sais pas bien moi-même. Toujours est-il que depuis des mois, je n'ai pas ou plus la clé qui pourrait me permettre d'atteindre l'objectif originel lié à ce blog. A moins de « chatter » un gros MTT, mais cela reste tout de même très hypothétique.

Grinder comme un fou les SNG douze heures par jour comme je le faisais au début de mon challenge, ne rentre plus dans mes plans. Je considère aujourd'hui que les sacrifices demandés sont beaucoup trop importants comparé à la satisfaction qui peut en découler. Et je ne parle pas uniquement d'argent, mais bien de prendre du plaisir. Plaisir de jouer et de progresser. Si je vous parle des SNG, c'est que finalement, je suis avant tout un joueur qui trouve sa zone de confort sur ce format. Si le tilt est quasi-inexistant lors de ces parties, je me suis rendu compte avec le temps que les carences qui en découlent sont nombreuses (enfin pour ma part) : manque d'originalité, jeu post-flop nul à chier, désociabilisation dû au multi-tabling intensif, etc. Loin de moi l'idée de cracher dans la soupe, je sais que de nombreux joueurs (certains parmi mes amis) y trouvent leur bonheur et en tirent des revenus plutôt rondelets chaque mois.

Et puis, moi qui suis de nature positive, j'ai ces derniers temps tendance à whiner (faire ma pleureuse) lorsque je perds. C'est vrai que je connais une période ultra-noire. J'en suis arrivé à un point où je suis persuadé d'avance que je vais perdre le coup que je joue all-in préflop face à un adversaire, alors que je suis favori à 80 %. Malheureusement, c'est ce qui se passe dans la grande majorité des cas !

Statistiquement mon raisonnement défaitiste est grotesque. Je le sais bien. Contrairement à d'autres et parce que j'ai déjà joué plus de 100 000 mains certains mois, je pense que j'ai de vraies notions de variance. Mais voilà la spirale négative est telle, que j'en arrive presque à me demander si nous sommes tous égaux devant Madame la Chance. En gros : est-ce que nous avons tous été dotés du même capital chatte à notre naissance ?! Hypothèse facile qui défie la logique et qui a bon dos. En tout cas bien plus aisée que de remettre sérieusement en question sur son niveau de jeu.

Pour enfoncer le clou de la mauvaise foi, je pourrais aussi crier au complot de la riggedittude organisée par les les poker-rooms, qui favorise certains joueurs au dépend d'autres. Mais bon, vu mes résultats en live, ces poker-rooms doivent aussi avoir implanté une puce sous la peau des croupiers qui jalonnent les tournois auxquels je participe afin qu'ils distribuent à mes adversaires des full runner-runner quand j'ai en main des quintes floppées (lol). Plus sérieusement si je devais caractériser mon jeu actuellement, je crois qu'il tiendrait en trois mots : bad beat, spew, tilt. Une triplette maléfique qui ne peut m'apporter comme unique palmarès, qu'un brokage ferme et définitif.

J'ai longtemps cru que le joueur gagnant de poker sur le long terme était celui qui combinait edge et volume du jeu. Ce qui est vrai en partie bien sûr, mais j'ai largement négligé mental et plaisir dans les paramètres à prendre en compte. Deux voyants, qui, s'il sont au vert, contribuent grandement à jouer son A-Game (son jeu optimum). Croyez moi, mes voyants à moi sont rouges écarlates, à deux doigts du stop définitif sur le bas-côté!

Aujourd'hui, je ne prends plus de plaisir à jouer et mon mental se trouve dans un état proche de l'Ohio. Je crois que le moment est plus qu'opportun de prendre un virage à 180 degrés dans mon approche et mon jeu en lui-même. En gros, travailler mon poker, arrêter de me plaindre et aller de l'avant avec motivation et optimisme. Accepter l'offre de Jessy, c'est en quelque sorte, être prêt à retourner sur les bancs de l'école. Prêt à tout réapprendre s'il le faut, prêt à me faire taper sur les doigts, prêt à entendre que je suis un gros fish, prêt à suivre ses consignes à la lettre.

Mon futur coach n'est pas un messie, j'en ai bien conscience. Ce n'est pas lui qui va empêcher ma paire de KK de se faire craquer par 33 préflop. Mais, j'aime beaucoup son approche et sa formation d'auto-didacte qui lui permettent aujourd'hui d'être un joueur largement gagnant aussi bien en tournois qu'en cash-game sur des limites respectables. Il a aussi prouvé via ses deux coaching précédents qu'il était capable de prodiguer des conseils qui donnent des résultats très significatifs. Je ne suis pas naïf et sais que la chance et la variance teindront toujours une place non-négligeable dans la vie d'un joueur de poker et dans tout résultat probant lors d'un tournoi, mais je veux croire en l'opportunité que je vais saisir.

Hormis la sympathie qu'il peut me porter, il n'a pas grand chose à gagner dans cette nouvelle aventure commune et moi rien à perdre. Alors je vais foncer, m'accrocher à ses conseils et à sa dynamique. Si jamais échec il y a au bout de la route, au moins je me dirais que j'ai saisi l'opportunité éventuelle de réussir et ce sera sans regret que je tournerai la page de joueur de poker. On en fait pas d'un bourricot, un cheval de course et certains ne seront jamais fait pour être de bons joueurs. Comme d'autres ne seront jamais capables de conduire une voiture sans pour autant être des attardés mentaux. Je serai bientôt fixé !

Raviver l'étincelle, reprendre les bases, corriger mes leaks les plus importants (mes points faibles) et me forger un mental sont donc les leitmotivs de mon nouveau défi. J'ai laissé passer le train une fois. Ce coup-ci, j'attrape avec soulagement la bouée de sauvetage qui m'est lancée.

Le coaching va commencer dans quelques jours, après noël a priori. Le programme n'est pas encore clairement défini, mais je vais attaquer par les petites limites en cash-game où j'ai tout à apprendre (NL10 ou NL20) et tenter de gravir les marches peu à peu. J'agrémenterai certainement quelques unes de mes journées par des MTT. Concernant la poker-room sur laquelle je vais me poser, j'ai une vague idée, je vous en dirai plus quand je serai sur le point de débuter.

Maintenant que vous savez tout, je vais conclure avec le dicton d'un vieux sage qui vit de l'autre côté de la frontière franco-frite : « que le flop soit avec moi ».

Publié dans Humeur

Commenter cet article

debuquet 27/12/2010 16:00



GL !



D8 25/12/2010 10:54



Bonne chance Chris!


Tu dois avoir un peu la pression quand même, c''est pas plus mal!



cserge38 24/12/2010 11:50



Le Chris que j'ai côtoyé durant quelques jours va reprendre le dessus, j'en suis sûr ...Courage, ce n'est qu'une baisse
de régime passagère....Normal avec toute l'énergie que tu dépenses pour le plaisir des autres .


En tout cas, je suivrais ton coaching avec intéret, profites bien des fêtes de fin d'année pour décompresser et Good Luck pour la suite.



TiTi PoKEr 24/12/2010 07:26



Te remettre totalement en question n'est vraiment une décision pas facile à prendre et tu l'as prise, félicitations.


Je suis certain que Jessy se "paiera" en notoriété de par ton acceptation. Un deal bénéfique pour les deux. That's business .


GL pour arriver à enfin vivre TON rêve, après avoir réalisé celui de pas mal d'entre nous, ce n'est qu'un juste retour.


Happy new year



habitrouge34 24/12/2010 01:42



je le sais Chris et c'est avec beaucoup d'affection que je t'envoie ce message à toi et a ta petite femme adorable....passez d'excellentes fetes voila mon petit cadeau c'est peu mais sincére je
suis persuadé que cela va te parler...


http://habitrouge34.over-blog.com/article-l-esprit-grande-prairie-63637079.html