Poker online français : le point sur le marché

Publié le par Xewod

Trader.jpg

Quasiment quatre mois mois après l'ouverture du marché, vingt-quatre licences ont déjà été distribuées par l'ARJEL. Entre opérateurs historiques, nouveaux venus, indépendants et affiliés à un réseau, j'imagine qu'il est plutôt compliqué de s'y retrouver quand on ne suit pas l'actu-poker à la loupe.

Tout d'abord, je crois qu'il est important de rappeler que les opérateurs indépendants ont leur propre logiciel et ne partagent pas leurs tables de jeux avec d'autres opérateurs, à l'inverse des poker-rooms affiliées, qui elles proposent à leurs joueurs de disputer des parties contre d'autres joueurs du réseau, et ce, de manière complètement invisible. Ainsi un joueur sur Eurosport Poker peut disputer un heads-up contre un joueur de la poker-room Sajoo sans bien même le savoir.

L'intérêt pour les poker-rooms affiliées à un réseau est donc de pouvoir bénéficier du trafic des autres poker-rooms du réseau et ainsi pouvoir proposer un éventail de parties important à leurs joueurs. Vous verrez souvent dans les logiciels réseaux, un nombre de joueurs connectés. Ce nombre ne correspond pas aux joueurs qui jouent sur la poker-room en question à l'instant T, mais sur l'ensemble du réseau.

Le réseau permet aussi aux poker-rooms de faire des économies d'échelle. Ainsi, ces poker-rooms réduisent considérablement leurs coûts en terme de : développement, serveurs, service client et peuvent se concentrer sur leur marketing propre : chacune de ces poker-rooms pouvant proposer leurs propres tournois et programme de fidélité. En contrepartie bien entendu, elle doivent reverser des royalties au réseau. Chaque réseau a une poker-room leader qui draine la grande majorité du trafic et qui est bien souvent propriétaire de celui-ci.

Les poker-rooms indépendantes, quant à elles, gèrent la chaine de A à Z et supportent l'intégralité des coûts. Elles font le pari d'être capables d'attirer suffisamment de joueurs pour être profitables sans pour autant devoir partager leurs bénéfices. Certaines s'en tirent très bien, d'autres moins.

Pour vous permettre d'y voir un peu plus clair quatre mois après l'ouverture, je vous propose donc ci-dessous un instantané du marché français tel qu'il se présente aujourd'hui.

Les poker-rooms indépendantes :

Poker Stars : Le #1 mondial du poker en ligne a d'ores et déjà pris la place de leader sur le marché français. Légèrement moins agressive que ses principaux concurrents en terme de marketing grand public, la poker-room mise sur son image, son logiciel, son service client, son programme de fidélité et ses prize-pool garantis, qui sont aujourd'hui les plus importants en France.

Winamax : La poker-room a fait le choix à l'ouverture du marché de voler de ses propres ailes. Jusqu'en juin, celle-ci faisait partie du réseau Ongame. Elle a donc développé son propre logiciel, que je qualifierais de très proche de celui d'Ongame. Un pari qui semblait osé, pourtant Winamax est clairement en train de le réussir en se positionnant en 2ème position sur le territoire. Toutes les catégories de joueurs sont dans la ligne de mire de Winamax : de Monsieur tout le monde, grâce à un matraquage permanent sur nos écrans, jusqu'au requin qui entrevoit la possibilité de devenir sponsorisé via l'anti-chambre « Local Heroes ».

Full Tilt Poker : La grosse déception pour le moment. Le #2 mondial du poker online est à la traine sur le marché français. Une arrivée tardive, une campagne publicitaire copiée-collée sur celle du .com et que je trouve inadaptée pour la France. Néanmoins, les FTOPS et Mini-FTOPS France (versions francisées des championnats online sur le .com) devraient très largement favoriser l'arrivée massive de joueurs sur la poker-room.

PKR : Forte d'une solide expérience sur le marché international , la seule poker-room 3D du marché a ouvert ses portes en France il y a un mois. Pour le moment le nombre de joueurs sur PKR est relativement limité, cependant son « marketing familial » à l'avantage pour les joueurs de se sentir considérés, bon nombre d'entre eux devenant des fidèles indéfectibles. Il va donc falloir attendre encore un peu pour savoir si PKR va réussir à conquérir les cœurs gaulois.

Partouche Poker : Le groupe casinotier mise principalement sur son image terrestre pour attirer les joueurs sur son site. Pourtant comme sur le .com, la mayonnaise semble avoir des difficultés à prendre. Sans publicité, la tache promet d'être compliquée pour la poker-room.

Barrière Poker: Poker-room créée à l'occasion de l'ouverture du marché, le groupe casinotier Lucien Barrière a choisi de s'associer à la Française de jeux, poids lourd du jeu institutionnel en France. Une belle team, un beau site, mais pas ou peu de pub. Alors pour le moment la salle est plutôt peu fréquentée. Pour ne rien arranger, les serveurs et le service clientèle semblent avoir eu quelques ratés depuis l'ouverture. La preuve qu'il est difficile de se lancer seul sur un secteur hyperconcurrentiel et de devoir acquérir l'ensemble du portefeuille client à partir de zéro. Nul doute que le trafic devrait décoller si la FDJ décide de mettre la main à la poche pour s'afficher sur les grands médias nationaux.

Les poker-rooms semi-indépendantes:

Manga Gaming : Cas unique dans le planète poker française, Betclic et Everest Poker propriétés de Mangas Gaming ont toutes les deux une offre poker. Pourtant depuis quelques mois, Betclic, qui opérait sur le réseau BOSS Media a choisi de migrer sur le logiciel Everest Poker, partageant de fait ses joueurs. Clairement, aujourd'hui Everest Poker a en charge le poker, alors que Betclic sur concentre sur le marché des paris sportifs, dont il est le leader. Actuellement 3ème acteur sur le marché poker, le groupe attire un nombre de joueurs important. Pub TV, Team Pro, sponsoring sportif : Mangas Gaming ne se laisse pas distancer par ses concurrents et sait cultiver son image.

Les réseaux:

Ongame: Bwin, chef de file du réseau Ongame, a pour partenaires : Sajoo et Eurosport Poker. Pour le moment, le nombre de joueurs actifs sur le réseau, bien que loin d'être catastrophique, est quelques peu décevant, et ce, malgré d'importantes campagnes média de la part de Bwin et d'Eurosport Poker. L'arrivée prochaine et probable d'Unibet sur le réseau devrait booster sérieusement le nombre de joueurs.

Ipoker: Chili Poker est un peu seul au monde sur le réseau Ipoker. Très peu de joueurs pour le moment, malgré des initiatives intéressantes de la part de la poker-room au piment (DSO, Cash Game Challenge, WPT Marrakech). Les semaines précédentes, trois licences ont été attribuées par l'ARJEL (Poker 83, Joaonline, Tranchant Poker) à de futures poker-rooms qui rejoindront le réseau. Trois groupes casinotiers qui n'ont pas d'expérience sur le marché online et qui n'ont pas encore ouvert leurs portes.... difficile de dire si ces trois acteurs permettront au réseau de redresser la barre ! Le vrai grand bol d'air viendrait certainement de l'obtention d'un agrément ARJEL par Titan Poker ou Poker 770, poids lourds internationaux du réseau.

Party Gaming: Constitué de : Party Poker, PMU, ACF Poker et du discret Lucky Jeux (groupe AB : Hélène et les garçons, toussa -:), le réseau Party Gaming a connu un démarrage difficile. Depuis quelques semaines le nombre de joueurs à significativement augmenté. L'effet Bruno Solo, homme-sandwich pour Party Poker, offrant 5 € aux nouveaux venus y étant certainement pour beaucoup. Attention cependant : Party Poker doit absolument résoudre ses soucis de comptes bloqués (cf : article précédent), sous peine de trainer des casseroles pendant un bon moment et de se forger une image négative auprès des joueurs online.

Microgaming: À l'échelle internationale, Unibet est la tête d'affiche du réseau Microgaming. En France cela sera 888, qui vient d'ouvrir ses portes. Poker-Xtrem (Groupe Live Poker) et 200% Poker (groupe de casinos indépendants), membres du réseau, sont également opérationnels sur le marché. Poker Subito (version française d'une poker-room italienne) est a priori encore dans les cartons. Difficile de dire si ce réseau va trouver sa place sur le marché. En misant sur l'image de Claire Renaut (joueuse-reporter-bloggeuse), 888 démontre clairement son envie de jouer la carte communautaire pour tenter de se différencier.

Publié dans Actu Poker

Commenter cet article

M.Rik 28/10/2010 12:01



En effet, ça devenait important de le faire.
Thks



Roms 28/10/2010 10:18



à quand le billet d'humeur ?? ;)))


nice post



Xewod 28/10/2010 00:27



Merci à tous.



marcico4 28/10/2010 00:21



oui bon article en effet, c bien plus clair...



misterhyde 27/10/2010 21:53



Excellent résumé Chris ! je te "link" de suite ;)